vendredi 14 avril 2006

Chez Moreau


Un escalier...

..... deux inachevés...



















.et les poires à électricité.... Les inachevés étonnent par la nouveauté qu'ils contiennent, en latence, leur potentialité de renouvellement. Nous sommes à ce moment, bien décrit par Pierre Francastel, dans Art et Technique, où l'usage figuratif de la couleur n'a pas encore supplanté son usage représentatif.
Dans cette conception séculaire, quasi-anthropologique, "il fallait posséder la couleur pour représenter la réalité de l'objet, mais cette possession valait ensuite une capacité de matérialisation." La couleur était l'outil de la matérialisation, non le média de la figuration.
Le basculement, l'innovation pour tout dire, pouvait-il s'effectuer autrement que lentement ? "Le rejet par une société humaine de tous ses liens figuratifs traditionnels implique également la rupture de tous ses liens sociaux. [...] La démarche naturelle du progrès humain exige que les nouveaux systèmes de compréhension et de figuration de l’univers se présente comme englobant les anciens sans les détruire. Il s’agit d’élargissement, d’enrichissement non de substitution brutale. Le véritable progrès exige une certaine adhérence au passé. [...].", (Editions Gonthier, "Médiations", (1956) 1964, p. 228-230).
Francastel observe à l'endroit du style, un mouvement que repère l'historien des techniques à l'endroit des machines, des procédés et des objets.
Comment, en l'occurrence, l'adhérence facilita-t-elle le passage... ?
Gustave Moreau entra à l'Académie des Beaux-Arts en 1888, il devint professeur en 1892, et il eut, parmi ses élèves : Albert Marquet, Henri Matisse et Georges Rouault...